lundi 12 septembre 2011

Pour un nom

Les lavis de silence coulent bleu glacial.
J'ai roué de baisers le matin brumeux.
Je palpite le soleil sur les peaux.
Les traits gonflés, les très tirés, dessinent des ridules sous les yeux.
Point de croix.
Sur la côte de la mort ère mon esprit dans les sons plaintifs d'une cornemuse.
Il y a 20 temps ou plus entre ces 2 silences.
Et je revois pleurer le ciel pour un oui, pour un nom.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire