samedi 28 mai 2016

Atelier d'écriture du 28 mai 2016: alphabet

Abécédaire: amitie, bizarre, castagne, distiller, étoile, fée, gracile, haleine, idéal, jurer, koala, lire, marrie, nez, opérer, partir, quête, rester, salir, tuer, unité, verdir, wagon, x inconnu à cette adresse, yaourt, zoo. 2 mots maximum par phrase et replacer les mots dans l'ordre.

Jo et moi avons toujours eu une amitié bizarre. De la castagne en paroles mauvaises distillées au fil des jours, voilà ce que c'était. Oh je n'en veux pas à mon étoile que Joe n'ait pas été la fée que je voyais en elle. C'est juste que au vu de son air gracile, elle me semblait avoir une haleine de rose. Dans l'idéal, j'aurais juré que l'on pouvait lui faire confiance. Je lui aurais confié mon koala sans problème: je lisais son honnêteté dans son regard. Alors je me retrouvais fort marrie face au pied de nez qu'elle m'a fait. Je n'attendis pas qu'elle ait fini d'opérer son revers pour partir. Je nous croyais dans la même quête d'amitié fiable et je me retrouvais seule à y rester. L'âme salie presque, son défaut d'affection réveille en moi des envies de la tuer. Plus aucune unité entre nous, j'en aurais verdi de rage. Alors monter dans le wagon pour Valence pour cette maison x inconnue à cette adresse me fut facile. Je n'en dis pas tout un yaourt et finis par la laisser seule à son zoo d'amis hétéroclites dont je ne faisais donc pas partie.

Atelier d'écriture du 28 mai 2016: la Joconde

Le point de vue de la liste:

- une route
- un sourire
- un pont
- de l'eau x 2 (étendue + cours)
- un paquet de drapés
- des plis plats (1 collection)
- une robe bleue
- deux grands yeux
- un muret
- une chair pâlichonne
- une paire de mains lascives
- un air chagrin
- un regard coquin
- un voile pour cheveux
- de la peinture à l'huile
- des bigoudis

Atelier d'écriture du 28 mai 2016: achever un tableau

1/ description objective:
Constitué de trois bandes, deux larges et une plus fine au milieu, le tableau intitule Rodt and blue mesure 294 sur 232.4 cm et à été peint par Mark Rothko. Il est réalisé à l'huile, sur une toile, en 1953 et se compose de trois couleurs, du marron, du bleu et un mélange de marron et bleu.

2/ description interprétative:
Le clapotis, on croit l'entendre, c'est le bleu de l'eau qui vient cogner contre la paroi du quai sombre ou des pas esseulés et furtifs cheminent au loin. Le quai, seul, froid, de bleu et d'ombre, ou les flaques d'huile et les marres d'eau salée se marient, mal, inharmonieusement. La couleur est épaisse de cette nuit mais pas opaque. La brume des heures sombres dessine des formes et des traits indescriptibles à l'œil nu mais que l'oreille devine à taton, à la faveur du silence portuaire glacé.
L'eau, en bas du quai, rejoint l'horizon et le haut de la toile dans un bleu dense et presque lumineux. Parcouru de rares embarcations, le bleu ou la nuit citadine rouille commence. Sur la ligne de l'horizon, un paquebot sommeille. Il mugit au creux de la nuit, comme par accident, il déchire le doux crépitement des vagues. Sa silhouette se fond dans une bande de brouillard couleur nuit grisâtre. Sur le pont, un homme. Entend-il les pas sur le quai? On devine le bout rouge de sa cigarette. La braise s'intensifie quand il aspire la fumée de son clope, baignant de rouille la nuit environnante qui reflète dans sa profondeur le rayonnement orange électrique de la ville voisine. L'homme, au sommet de l'océan, à cheval sur l'horizon, fixe la terre.
Et comme pour fixer les sons et les couleurs, l'œil encadré d'un bleu profond l'instantané ou l'homme se dresse seul au loin.
Demain, le quai gros se remplira des bruits des moteurs et des invectives et cris. Demain l'eau cognera plus fort mais on ne l'entendra pas. Demain le paquebot partira et l'homme aussi.
Et moi, pas.

Atelier d'écriture du 28 mai 2016: lipogramme du i

Lipogramme du i dans Brise marine de Mallarme


La peau est fade, hélas! Et je lus tous les textes.
S'échapper! La-bas s'échapper! Je sens que des mouettes sont saoules
D'être dans l'écume étrangère et le bleu
Les regards reflètent de pauvres espaces verts
Sans capter ce cœur trempé dans la mer
O sombres heures! Non plus que la clarté déserte de ma lampe
Sur le support en creux que la blancheur défend
Non plus la jeune femme donnant à manger à son enfant.
On s'échappera! Streamer balançant ta mature,
Lève l'ancre pour une nature étrangère
Un problème, désolé par les cruelles espérances,
Attend encore beaucoup des étoffes blanches et seules
Et, peut être, les mats, provoquant les orages
Sont eux de ceux qu'un vent penche sur les naufrages
Perdus, sans mats, sans mats, sans même de rares parcelles de terres abondantes et seules
Pourtant, o mon cœur, entends le chant des matelots!

Atelier d'écriture du 28 mai 2016: le Flacon - Baudelaire

Mots retenus: poreux, acre, sombre, flacon, armoire, ancienne, vertige, vestige, odeur, temps, cœur, liqueur, paroi, vie...


Sur la paroi du temps, l'âcre odeur de vécu pose des gouttes de vie. L'ancienne, au cœur vestige d'une époque aimée, souffle un vertige sur le parfum de la peinture appliquée à la toile. Tu ouvres le sombre quand le flacon cogne à la porte de l'armoire chargée. Le liquide peureux étale la matière en couleurs poreuses.