jeudi 6 octobre 2011

Quand tu souffles

Les peaux tressées dévalent le long des riens. Ces petits plus amidonnés et resentis.
Circulent des plumes intimes au seuil de nos êtres.
Frêles sons de ta voix, à la fois, quand les mots sont les poids qui lestent nos à vivre.
Semblante tremblerie quand tu souffles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire