samedi 8 octobre 2011

Ent-âme - hante âme

Pan de vie déchêné dans les ocres automneux. Suis au bord de l'oubliance, près de là, dix raisons et j'ent-âme la virevoltude des débutants. Point sonneuse, je délie les clés des ouvr-âges.
L'isolement sonne grand, il parle avec l'écho et tous deux, viens, frais et gais nous chavireront les sons de nos coeurs balbutiants.
La raie, la mèche, la blondeur et je veux.
La pulpe noire est outrageusement mûre de plaisir.
Il revient un tant d'ailleurs, la sentitude dit cet instant. Il aurait fallu se désamanter en douceur sans arracher une peau de l'autre. Sanglante inquiétude meurt en solo.
Désoublier le deux-venir et fondre pour cette chanson de la langue.
Profonditude de l'hérésie perdue dans les ressentis. L'ère est "Sie" et laid résille.
La nudité claque, on parle nacktitude. Mon coeur est si néant d'être nu de toi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire