jeudi 13 octobre 2011

Bruine brune

Passer la lame au ventre de la peau. Placide, ta langue a mal à son écrit.
Livre tes mots et initie-les en soleil des raies de temps.
Ployer sous la chair électrique qui souple double le devenir d'une soie inventive.
Et frais, prend le fruit de la bouche.
Mordre la paume et vogue vaguer vers la vie.
Dis six et range les absences dans l'oubli de soi.
Vole vers le vent violent que l'automne brouille. Bruine brune.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire