dimanche 9 octobre 2011

Lent, qui la défend

Les pages flétries défraîchissent les nudités cryptées. Lent, qui la défend.
Criblée d'importance ton identité décharne l'océanique mouvance qui meut mon coeur.
Feuille volante dérobe l'humidité âcre des couleurs alimentant les traces du chaud.
Veiller ses fièvres et brûler les désirs de paille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire