dimanche 16 octobre 2011

Larme à mer

Du mauvais côté de l'être, le coeur assis se fend d'une larme à mer.
Des boucles de lumière enserrent l'ombre salie de veillées creuses et alanguies.
Le silence mordille l'avancée du jour mutin.
A chaque doigt qui glisse titube la chair encroisée. Le soleil glacé décime les ombres.
Écrasement de devenues virulentes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire