mercredi 21 juillet 2010

Jaune est la nuit...

Au pétale bleu de la pensée, une réminiscence, comme un aveu. J'ai balancé le blanc dans l'air immobile pour simuler un nuage.
Au rebord de la peau, je suis ourlée d'hiers.
Gorgée de chaleur, elle promet le silence opaque.
Sur l'épaule, des plumes d'hirondelles tracent des fils où s'enroulent des cocons de soi.
Les infinis enlacés baignés de lumière racontent comme une présence dans l'étang d'opale.
Jaune est la nuit, blanche la chaleur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire