lundi 3 janvier 2011

Silence

L'âme percée fuit par les yeux. Le silence est assourdissant. Seules les voix volent, les l ne font que prétendre. Tout chant sans mélodie se meurt. J'écris dans le sans les lettres que tu as ébruitées en maux. J'arrache aux ombres mon regard qui s'y est creusé. Ton silence m'ébranle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire