mardi 4 janvier 2011

L'infini pour bleu

Aux épaules affranchies, l'ombre d'une main caresse les contours de mots dénudés.
Tête nue, des lambeaux de sens s'affaissent.
Chair à chaud, seule la peau dessine les chemins des vécus.
Et la mer fatigue sa houle.
Les sans ciel donnent l'infini pour bleu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire