samedi 24 mars 2012

Nuit à contre-jour

Les cailloux divisent le ciel par deux. À cloche-pied, je fais claquer le sol. J'attrape ta main par le poignet. La nuit défile à contre-jour sur nos paupières. Nos pauvres hiers jouent à la marelle avec des cailloux blancs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire