dimanche 25 mars 2012

Coller l'haleine

La pluie fait des étincelles sonores. Le soleil en coeur touche les bords de sa bulle. La buée sur la vitre où tu as collé ton haleine dessine en creux le brouillard d'un instant. Un doigt, puis deux et je reconnais deux yeux et l'esquisse d'un sourire. La paroie froide n'invente pas la chaleur. De temps en temps, des mots se regroupent et se frottent aux faux-sens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire