jeudi 31 mai 2012

La vie en bandoulière

Les longues herbes que le vent chuchote s'emmêlent aux jambes infinies. Un mince sourire froisse le silence.
En bandoulière, la vie cogne la hanche.
Quelques champs d'oiseaux où ils poussent en bec et plumes.
L'emmêlitude des choses soulève un voile de fraîcheur que deux boutons de gilet tiennent à la taille.
La silhouette tracée boude et bouge comme une marée les vagues d'émotions.
Tant et temps, tu me diras, dans l'ovale du visage. Je battrai mon cœur en  plein pour que tu l'entendes au loin.
Tu tries les sons et j'y enfile des pépiements, des mélodies.
Un poids sur le coffre, l'air chuinte et ment.
Je trouble les regards comme l'eau sur les rivages. Le sentir est lourd, l'"envie" se maintient. Des frissons balbutient des sensations. Bleues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire