mercredi 2 mai 2012

Dans les grands bras

Ébouriffons l'herisson, le frisson court sur toutes les peaux comme s'il le faisait pour la première fois. Et sa durée malmene l'or de ton regard aussi doré que le miel dont le souvenir dans ma bouche réveille toute devenance. Le beau temps vient vert et toi tu cours dans les grands bras.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire