vendredi 25 novembre 2011

Soupçon de tant

Déciller les bulles mutines. Les deux "é" glissent. Pour parler de ta voix je brode mes lèvres de Soie. J'entame une main que fripe le silence. Oh l'oubli plie où ta douceur frôle la conscience.
Co qui âge sur le sablé étendu sous le tendre fruit.
Et j'énumère les soupirs enfilés le long de ton cœur en les appelant par leur proche nom. Ris ma belle, mire-la dans un soupçon de tant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire