mardi 29 novembre 2011

Nuits goulues

Tu découpes les silhouettes des toits peignés. comme un phare la lumière se déverse sur le troupeau des maisons. Je vole un regard et j'énonce les voix. La nuit vorace titube. Je l'entends palpiter des pas traînants. Le regard clos, j'écoute rêver les nuits goulues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire