mercredi 9 septembre 2015

Vent vers (9)

Mûritude du blé où les épis flottent en vagues sur leurs tiges. Odeur chaude et pleine qui porte à la voix des mélodies désossées.

Notes goulues de souvenance.
Où la vie est coincée prise dans l'écriture du passé. Lâché de mémoire comme précipité de présent.

Le regard porte l'horizon où flotte le baiser de l'eau au ciel ému.
Sous le sous-leil - lame et larmes. Rage rentrée d'une tristance rongée.
Sous l'eau, rage du vent, éclats de sons qui morcellent le ciel en puzzle en négatif

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire