mercredi 9 septembre 2015

Vent vers (11)

Bonne mousse blanche qui se dessine en charades.  Boules de coton agglutinées en sens dans le ciel. Formes qui disent quand le vent les creuse à coups grands dans le blanc.

Fa. Note esseulée qui raisonne en somnolence dans ce grand corps trop large. Syllabe mutine qui entame le tout et son contraire.

Flottée au vent,  la chaleur fébrile se laisse mal mener sur nos peaux où les feuilles et branches superposent leurs ombres entre les interstices du soleil.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire