lundi 6 février 2012

Vert tout la, tout près

Carrés de bois subissent le vent chafouin qui percute les branches et leurs feuilles dans les peupliers. Je n'avale plus d'eau tout juste. Des lampées d'air me rafraichissent le regard. Il a tort d'être devenir. Cernés de valises grises et bleues, les yeux disent vert tout la, tout près. Et c'est l'urgence de soi qui déverse des bouchées. Au sourcil de ton œil doit mûrir le printemps tendu comme un enfant. Les rosaces multiplient l'errance des rayons glacieux d'un soleil franc et vif. Je tire les élastiques qui claquent contre nos doigts. La journée, l'espace d'un pas, est en sous-pente. Châles et voiles et traînés et soies, tout dans cet imbroglio-la, sent la pêche et neige. Ou irons-nous sur nos jambes raccourcies? Peut être pars d'ici. Au clocher de ma Tine tinte et bulle des combles ou les tourterelles mentent aux tourtereaux. Désaimante du passé quand il est manqué. Trier de toi, j'aspire l'indulgence des brassées fleuries. La lenteur, la langue, tout est long et hardi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire