mercredi 1 février 2012

Tous les sois

Tout le tant recroquevillé dans deux mains s'aide de ses sons. Les mots boitillent dans les larges rangées de lumière. Je ferme les yeux pour me cacher de ton souvenir. Le cœur essoré cogne en quinconce. J'étais ton tout et m'en repents. Bordant l'eau, tous les sois salivent des pieds nus. Des griffes lacèrent les hayons du couchant. De lents beaux se croisent et superposent. De langu'heur en longue heure, les sens condensés titubent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire