dimanche 25 novembre 2012

A flanc, ton flanc

L'immense béance du temps à flanc de falaise flanche.
Des mégots usés frottent leurs restes de tabac sous les semelles friantes et la roche s'effrite, devient glabre d'angles et d'abruptitudes. Sous les pieds l'océan glisse.
Le dossier de pierre contre lequel tu courbes le torse est d'un sale blanc, d'un terne gris cassé.
Je romps la langue qui nous enlie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire