lundi 2 juillet 2012

Cases du devenir

Brulance limpide quand tes yeux lisent les couleurs. J'ouvre la bouche sur le vent qui dévale mon haleine. Échevelle le silence rompt les codes et elle dérange, la vie. Elles déplient les plis froissés qu'un air amené les instances du vécu, les cases du devenir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire