samedi 20 août 2011

Rühren

Toucher, émouvoir, mélanger.
Brouiller les verbes et ressentis.
Rouiller les sentiments et les entendre gémir.
Brandir la moue qui grandit le coeur.
Laisser l'eau circuler et couler sur les rouages et le temps. La voir changer de nappe et de cou.
L'heure plaintive roule les brindilles en fagots.
Le rêve réunit et range les nuages et la mécanique du ciel intérieur dans les cases des mots. Décroisés. Comme mes jambes.
Les gens rencontrés magrittent leurs expressions. Les visages parlent aux mots.
Et je me jette à ton goût et guette le mensonge de la nuit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire