mercredi 17 août 2011

Ouvrir le jour

Illuminée et baignée de couleurs claires et vives, la belle endormie s'allonge et s'étire comme une longue voyelle. Les pépiements azurés triolent et la main du soleil est chaude et douce. Des ombelles et des lampions serpentent les chemins de ma mémoire. Et les grands cheveux tressés s'enroulent indisciplinés. La chaleur articule de grandes lettres pour sentir l'air passer au travers des boucles et des traits.
Que tes yeux ouvrent le jour sur un petit matin. Les mains imbriquées s'étreignent. Les hautes herbes courent le long de ma sensation oubliée de vitesse. Les grumeaux de fleurs aglutinés en buissons inventent les ressentis dans les tons les plus joyeux et tranchés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire