jeudi 25 août 2011

Les liens du sans

Percer la nuit d'un oeil brave. Bercer l'ennui d'un air grave.
Le jour rassemble ses oiseaux et les lance dans le matin. Le silence a cru au sommeil. Les yeux ont des airs.
La mine cassée, je brouillone des allures et des profils.
La braise se lit en braille disent mes mains brûlées. J'éteinds mon regard d'une larme. Les liens du sans s'emmêlent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire