mercredi 3 août 2011

Fracassement d'âme

Aux aigles des fenêtres, jeter un sort. Les becs recourbés sentimentalisent la courbe de la nuque.
Le vent dément les saisons qui se bousculent dans l'espace de cette matinée. Il pleut à tes yeux des parfums émus.
Sur le chemin qui longe les cimes, j'ai perdu mon regard, mes jambes n'iront plus sur les rochers aux questions abruptes.
J'inspire une fraîche bolée d'air forestier et mon coeur tremble.
Les fenêtres baissées, les paupières ouvertes, les images se fracassent dans mon âme.
La peine est une violence, tu vois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire