lundi 8 août 2011

Et je ne vois que toi

A la parallèle du regard, l'interrogation s'enroule et, si nue, ose. La ponctuation brodée de silence borde le doute. L'hésitation titube sur des mots maladroits. Chauds mais boiteux, ils échouent. Je vois la marée partir en arrière et tout le sable mouille alourdit nos pas. Et je ne vois que toi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire