mercredi 6 juillet 2011

Mon coeur baille

Tromper les sons et que l'eau tombe drue du canal de lumière formé par les nuages.
Le bois du plancher se plaint quand je lui passe sur le corps. Et les bruits chuchotés par le mobilier quand la vie vibre au travers forment une ribambelle de vert que je m'accroche aux oreilles et m'enroule autour du cou.
Il a fait jour tôt, je me suis faite dérober de mon sommeil.
J'ai partagé ton pain. Temps privant d'espace.
Mon cœur baille.
Le paravent frivole danse un peu sous la main du vent que je serre pourtant dans les miennes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire