vendredi 22 juillet 2011

"Bleu tendre"

J'ai posé mes lèvres dans le goût de l'aube.
Des lambeaux de nuit croisent encore le ciel. Des taches d'encre figurent des nuages.
Aux yeux embués de larmes du matin, la lumière a répondu: "bleu tendre".
Des saveurs de mûres et des taches de myrtilles parfument le matin qu'une lame rose traverse à l'horizontal.
L'or dort.
L'aube délicate replie ses bleu et ses voiles et tend le ciel et son horizon à l'aurore. La nuit ne peut plus résister que dans des formes nuagées.
Au bras du jour si jeune, l'aurore traîne derrière elle le rose et l'or dans une longue et étroite humidité.
Le silence guilleret pépie. Il peine à être cinq heures et demie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire