mercredi 15 juin 2011

Lent demain

J'ai bien fouillé le bleu, l'insolente absence du silence bouche la vue.
L'oeil du matin à peine s''ouvre orange dans les draps de l'aube.
La faille de la nuit se referme sur mes doigts.
Nos peaux émaillées par les jours crissent.
Le lent demain soulève, les membres lourds, le voile.
Je décolterai les sourires aux corsages fleuris.
Dans l'arrondi du cou, la main alanguie s'enroule sur elle-même, comme un chat.
Le tilleul roux se froisse. Il peut si peu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire