vendredi 6 mai 2011

A nos coeurs

Aux membres déridés de chair, l'être invisible revête des voiles et accessoires inaccessibles. Indicible est la plaie qui s'ouvre de mon coeur à ma bouche. Un sens sait mais n'exprime pas. Tes yeux croquants vident l'aquarelle de mon esprit flottant comme un drapeau sans pays. Toile blanchee qui sous la lame saigne des vers et des bleu balbutiants. Lavis ténébreux où les aplats disputent ta profondeur au non être. Le néant palpitant écrase des caresses pour en broyer le parfum.
J'inspire. Peut être. Petit mot pour déserter les coeurs cherché, cueilli, ramassé mais pas porté. Il cloue les derniers échanges auditifs et creuse les paumes.
A sa main le blessant.
A nos coeurs la brûlure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire