mercredi 18 mai 2011

L'arrondi noir du temps

A l'arrondi noir du temps, un col de lettres te serre le cou de sens. J'y étire de la lenteur avec des h pour chalouper la démarche. Tes hanches dessinent de l'infinitude couleur agrume. J'oublie les échos ensanglantés de vin. J'attache mon coeur en bandoulière et le sens battre à mon pas. Encore une encolure ponctue ton corps d'enluminures. A chaque geste une lettre appelle une signification et sa couleur. Alors quand nos mains se prennent une étole de soleils vibre dans le vent qui font briller nos émotions. Quand les tiges des noms changent, émue et muette, je lis le tien qui pousse encore un peu en moi mais ne germera pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire