mardi 3 mai 2011

Il pleure comme il pleut

Il lutte. Comme il pleut.
Il pleure. Comme il pleut.
Là manque le gris, ce voile de tristesse qui s'est enroulé autour de mon coeur mais pas du temps. Immobile dans la douleur, je laisse couler les couleurs fondantes, les laisse dégouliner tout au long de mon âme. Aux pieds du jour, mon coeur et le tien se noient et se serrent très fort. Dans la mélasse des resentis, mes doigts poisseux de tendresse s'accrochent encore à ces bouts de toi que je garde dans ma vie.
Comme l'eau peut être trouble malgré sa transparence. Il fait mal comme il fait beau: trop.
Je déchiffre les toits comme la partition d'une nocturne.
Ma voix grince et se crispe. Et j'entends tant le bleu dans ce marasme que je défigure toute autre franchise ou couleur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire