mardi 5 avril 2011

A l'ourlet de nos bouches

Un mur de peau se dresse sous le rideau d'eau.. Le ciel ment élégamment dans son déshabillé de nuages. Le doigt courbé trace des respirations au sortir des lèvres. Le silence opaque sonne en mode mineur. A l'ourlet de nos bouches, les baisers se précipitent et cascadent au flanc des peaux. Le mur qui nous sépare est orné de temps, on est dedans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire