vendredi 4 février 2011

Les ères sèment

Bouillon de cailloux à l'angle de la paume de ta maligne main.
Eclats de merveilles jetés aux yeux comme des esprits dansants bariolés.
Sous l'eau glissant, comme une caresse du ciel sur le ciel chair de nos peaux dénudées.
Et la main rechante l'air ambiant. Et la mère sentant les reins bien. Et bien rincés, les r s'aiment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire