mardi 15 février 2011

La pointe du désir

A la fleur inconnue qui beige orna ton visage, je lance un verre d'O.
Chaleur immense d'un corps mal dénudé qui timide obtempère.
Au crayonné, griffer les mots en sylllabes lascives.
Quand à la bouche pointe le désir, clore les yeux et devenir.

2 commentaires:

  1. Simple et "parlant"...

    dans le contour des mots, les non dits dans les dits, il y a effectivement toute l'émotion du vécu...

    RépondreSupprimer
  2. merci beaucoup, ce que vous dites me touche...

    RépondreSupprimer