vendredi 4 février 2011

La nuit grisante

A décroché la lune du bout des lèvres. L'a faite rouler dans le cosmos de sa bouche. Aplanie à force de danser contre les dents tout contre, elle s'est collée le long de la langue et s'est laissée fondre en accents acidulés. Il a souri, réclamé ses souliers et dans sa besace d'étoiles et de bric et de broc, il a laissé glisser une bonne tranche de mon sommeil pas cuit. Je l'ai retirée trempée d'astres et vidée. J'ai bien tenté de la sécher tout en gardant son moelleux mais le diable, il a été plus que moi à tirer.
Je lui ai cédé un bout de noir de la nuit. Je ne sais pas ce qu'il en a fait. La nuit est grisée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire