mardi 22 juin 2010

Tous les poteaux

Tous les poteaux indicateurs regardent le canard se diriger seul. Le métal s'est mis au bleu pour chevaucher le canal. Allongée loin au-dessus, je compte les mots de trop et traverse les silences comme des nuages. Les noires colonnes de mes souvenirs se fondent dans les ombres et la fraîcheur menteuse est douce à ma peau. Les rayons du soleil arrivent ici pliés en deux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire