mercredi 16 juin 2010

El viento

Assis, le vent ne tient pas. Pas même à prendre le temps de regarder, de flâner. Le vent glisse sa main dans mes cheveux, sous vos jupes et sur les blés, le tout dans un même mouvement taquin épris de vitesse et de liberté. Il gonfle les tissus, balaie les poussières. Mais pas mes soucis, pas mes sourcils, pas les roulis ni les sourires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire