mercredi 7 avril 2010

Un chant d'oiseau cueille le matin de ce jour où encore tous les soleils seront gris.
Toutes les ombres seront belles et tous les mots dignes et sobres.
Mais à ton ombre, j'aimerais plus grand, plus beau, plus fort celle dont tu connais le recto et moi le verso, celle que tu m'auras appris à ne pas désaimer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire