mercredi 17 mars 2010

Aux premiers temps

J'ai glissé sur ma langue des saveurs de printemps, quelques goûts de fruit qui se chamaillent sur mes papilles.
Un voile de chaud s'est déposé sur ma joue droite réveillant une sensation bousculée.

J'ai vu fourmiller les rues de jambes voilées et de talons incohérents.

Le bruit du temps a pris l'ampleur de mélodies langoureuses, il cascadait grâcieusement au fil des ouïes.

Les pas dansaient au bout des personnes aux visages encore clos.

Parfois un regard en bouton révelait qu'un sourire allait bientôt fleurir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire