samedi 30 janvier 2010

Quand bruisse la nuit

Pincer son passé pour ne pas rêver.
Glisser dans les froufrous du vent comme on entre une jambe dans les bras du froid. Comme un brin d'herbe entre les pouces siffle les beaux jours, manquer de vocabulaire pour dire juste.
Nos doigts en regards croisés qui soupirent quand le voile est caresse sur nos trop tendres chairs.
Choir en un son quand bruisse la nuit en traces blanches.
J'ai peuplé ta voix de mes silences.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire