mardi 26 janvier 2010

Dégouliner

Un accent, un son dérapant, un ton plus haut, une diction plus hachurée, quelque chose dans la voix, un frémissement, des aigües pas franches, des questions grimpantes et irrigantes, tout ça envahit l'oreille et perce le coeur d'une longueur monochrome, une longueur en forme d'écharde XL, une écharde déjà rouge dégoulinante.
Eclaté le sac à larmes - elles sortent en ribambelles, encouragées sur leur parcours par les soucis ambiants et le gris baignant.
Pas de point s'il n'est de chute.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire