vendredi 20 novembre 2009

Laver les larmes.
J'attrape d'une main le rayon qui entre et j'y accroche mon coeur le temps d'un sourire. J'y perds mes attentes, la lumière est tordue d'être impatiente. Elle violente les parois et affabule un autre mois. L'oubli peu à peu détache les peaux sèches des souvenirs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire